Impression de face avant méthode “toner transfer”

Publié: 25 octobre 2011 dans mécanique/cablage, SDR

IMG_6769

 

Le résultat est au delà de mes espérances… il ne reste plus qu’à passer deux ou trois couches de vernis et la façade est achevée.

Je rappelle rapidement la procédure :

– Dessin de la façade avec l’outil de Schaeffer Front Panel Designer

– Exportation du résultat au format dxf

– Retournement de l’image en mode “miroir” à l’aide de InkScape (Many thanks to hth…)

– Impression d’ycelle en mode “noir maxi” et “papier deluxe”  sur un papier Pulsar

– Après avoir scotché (avec du “gafer”, adhésif sur support papier) la feuille de Pulsar imprimée sur le support peint (ici, une plaque de pcb en FR4 simple face), passer ce sandwich 6 à 10 fois dans une plastifieuse (les GBC donnent les meilleurs résultats). Attention, paramétrer la température la plus haute possible, laisser encore chauffer durant une bonne demi-heure après que le “bip” de point de consigne ait été entendu)

– Oter délicatement les bandes de papier collant sans chercher à décoller la feuille de Pulsar

– plonger le sandwich dans un bain ou jet d’eau tiède (attention, pas d’eau chaude, le toner se décollerait, pas d’eau trop froide, les gravures se craquèleraient)

– Passer quelques couches de vernis transparent mat afin de protéger le tout

 

IMG_6770

Seule ombre au tableau, cette ligne verticale fine provoquée par un “fantôme” d’impression du rouleau de l’imprimante laser, qui est due à la mauvaise qualité de ma propre laser… La photographie met encore plus en évidence ce défaut. Ceci étant dit, je n’ai jamais eu de face avant aussi nette et précise… avec une imprimante couleur, les résultats doivent être absolument stupéfiants

IMG_6771

Vue finale en situation : pas trop moche.

Publicités
commentaires
  1. f1dwf dit :

    salut Marc!!!

    joli travail ,mais deux questions tu arrives à passer du FR4 dans une plastifieuse d’origine ou modifiée??

    Pour étamer tes circuits tu utilises quel(s)moyen(s) (etain liquide??…..autres)

    Bon amusement Jluc F1DWF

    • f6itu dit :

      Salut Jean Luc

      J’utilise une plastifieuse GBC, qui possède deux rouleaux chauffants et surtout un système de rattrapage d’épaisseur (un vulgaire ressort monté sur l’axe du rouleau supérieur en fait, lequel autorise un jeu égal à la profondeur des engrenages d’entrainement).
      Le FR4 passe sans problème, ainsi que les plaques d’alu de 2 mm d’épaisseur. Je doute qu’il soit possible d’aller au-delà sans devoir modifier le système d’entrainement.

      Pour étamer les circuits, j’utilise une technique de sauvage : après gravure, et surtout avant tout perçage, je badigeonne la plaque avec de la pâte décapante de plombier (oui, je sais, tout le monde dit que c’est interdit). Puis, avec le plat d’une panne tournevis, je fais glisser un soupçon de goutte d’étain sur la largeur de la plaque… et ainsi de suite, bande après bande. Le « flux » de plombier améliore la capillarité du métal en fusion. Le passage de la panne est assez rapide, et n’affecte pas la couche de colle entre le cuivre et le support. Il faudrait que je tente l’opération avec du flux « colophane » simple, ça doit « y faire » comme on dit chez nous.

      Ceci fait, la plaque ressemble à la centrale de Tchernobyl après explosion : salle, grasse, parcourue de trainées laissées par le fer à souder.

      Ces défauts purement esthétiques sont éliminés en nettoyant la surface du pcb avec un tampon Jex (et nul autre.. question de finesse de paille de fer et d’agent nettoyant intégré). Cette opération permet d’éliminer toute trace de fer, supprime le moindre résidu de graisse acide, et surtout unifie l’épaisseur d’étain. Avec un peu d’expérience, on peut ainsi parvenir à réaliser des étamages de 2 à 4 microns qui sont impossibles à avoir avec une étameuse à rouleau

      C’est ensuite seulement que l’on peut percer le circuit s’il y a des composants traversants. Si l’on perce avant l’étamage, la graisse de plombier va s’incruster dans les trous… et là, on est certain de provoquer des problèmes d’attaque acide des métaux à très courte échéance (et nettoyer des trous de 0,6, c’est quasi mission impossible).

      73′
      Marc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s