Test d’impression par transfert sur alu anodisé

Publié: 26 octobre 2011 dans mécanique/cablage

Afin de vérifier s’il était possible d’imprimer une façade “a minima” sur un support métallique, et sur les suggestion du CHeF, j’ai tenté de ne pas utiliser de feuilles de transfert “spéciales”. Autant le dire tout de suite, les résultats sont décevants

Impression de la façade sur une feuille de papier couché, arrachée d’un catalogue bien connu des amateurs de calorifères et de familistères.

 IMG_6774

(enfait, c’est une autre feuille que j’ai utilisé… celle là n’était pas “inversée”… un coup pour rien).

Puis passage dans la plastifieuse après avoir collé ledit morceau de papier sur la plaque d’alu (face arrière de l’émetteur, épaisseur de 2 mm)

IMG_6775

passage à l’eau tiède et au savon liquide… et voilà le résultat

IMG_6776

IMG_6778

Comme prévu, des fibres de cellulose sont incrustées dans l’encre, diminuent le rapport de contraste (le noir est légèrement blanchâtre), et bouchent certaines lettres.  Le “F” de A.F. n’est pas bien imprimé, probablement du fait que je ne me suis pas fatigué à dégraisser la plaque à l’acétone avant l’opération. Un coup de bombe serait nécessaire pour “fixer” le résultat.

Il y a un ou deux ans, cela m’aurait amplement suffit. Mais aujourd’hui, j’estime que le procédé est à éviter. Pas cher, mais on n’en a que pour son argent. A réserver donc pour les protos de fond de tiroir… une facade ainsi marquée est toujours plus belle et lisible qu’une infâme inscription à coup de feutre ou de Dymo.

Sur métal, il semble que la meilleure méthode demeure la feuille Lazertran, vendue 15 euros les 8 feuilles et utilisé comme indiqué sur le site du Professeur Steven Thomas.

Si l’on souhaite faire dans le rapide, pas cher et coloré (si l’on possède une jet d’encre couleur),il reste toujours la solution de la feuille de papier imprimée, plastifiée, puis collée à l’adhésif double face. Résultat pas génial mais relativement propre

IMG_6699

 

Addendum

 

IMG_6780

Phase IV : passage d’une quadruple couche de vernis acrylique, destiné à protéger les inscriptions et rendre la façade lavable. Les inscription “toner transfer” réalisées sur l’alu brut et à l’aide d’un papier non “spécial” s’avèrent plus nettes.

Les façades sont achevées il ne reste plus qu’à aléser les perçages de la face arrière et concevoir un support pour la prise d’alimentation Molex

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s